Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Manif pour l’emploi à l’hôpital, le 8 octobre, à Pontivy

Publié le par Fañch Ar Ruz

Manifestation prévue à Pontivy le mercredi 8 octobre 2014 pour soutenir les salarié-es de l'Hôpital de Kério.

Manif pour l’emploi à l’hôpital, le 8 octobre, à Pontivy

Communiqué de presse

Centre Hospitalier du Centre Bretagne

L’Union locale CGT de Pontivy appelle la population à exprimer sa solidarité avec les salariés du Centre Hospitalier du Centre Bretagne de Kério, en participant à la manifestation prévue mercredi 8 octobre à 14 heures, à Pontivy, sur la Plaine.

Le Centre Bretagne a besoin de l’implication de tous, pour garder ces liens si précieux : la proximité, la santé et la solidarité.

Chacun sait quels sont les intérêts en jeux, sur fond de crise économique, la place des hommes et des femmes face à l’imprévu.

Chacun mesure que la santé n’est pas une marchandise, et que les salariés ne sont pas une variable d’ajustement, dans un plan de financement. La baisse continue des ressources de la sécurité sociale met en péril notre modèle social basé sur la solidarité entre les générations.

L’offre de soin de santé de qualité, c’est l’affaire de tous.

L’union locale CGT de Pontivy, soutien les revendications de l’intersyndicale CGT – CFDT :

• Contre les suppressions d’emploi au CHCB • Pour la défense d’une offre de santé de proximité et de qualité pour les patients du Centre Bretagne. • Pour de meilleures conditions de travail au CHCB. • Pour que les pouvoirs publics tiennent leurs engagements.

Les salariés du CHCB ont raison de se rassembler et d’agir pour que soit mise en œuvre le maintien des services publics et de l’emploi à Pontivy, et dans le Centre Bretagne.

Face à l’indifférence des puissances financières et économiques, dans la période actuelle, chacun peut se sentir utile, en manifestant avec les salariés du Centre Hospitalier de Kério.

Pontivy, le 02/10/2014

Bellaciao

Publié dans Pays de Pontivy

Partager cet article

Repost 0

Liaisons maritimes : les Groisillons débarquent à Vannes !

Publié le par Fañch Ar Ruz

Et dans cette manif, on a pu voir ma pieuvre VEOLIA emportant Groix dans ses tentacules...

Liaisons maritimes : les Groisillons débarquent à Vannes !
Manif des groisillons à Vannes le 6 octobre 2014

Manif des groisillons à Vannes le 6 octobre 2014

Manif des groisillons à Vannes le 6 octobre 2014

Manif des groisillons à Vannes le 6 octobre 2014

Crédit photos: Annaïse Chatté

Liaisons maritimes : les Groisillons débarquent à Vannes !

Malgré la pluie, plus de 600 de Groisillons se sont retrouvés ce lundi matin à Vannes. Ils sont venus manifester leur opposition à une prochaine augmentation des tarifs des liaisons maritimes dans le Morbihan. Une mesure jugée catastrophique pour l'avenir de leur l'île.

Les élus ont été les premiers à faire part de leurs inquiétudes quant aux conséquences catastrophiques que pourrait entraîner la mesure annoncée par François Goulard, président du Conseil Général du Morbihan, de supprimer tous les tarifs préférentiels des liaisons maritimes, dans le cadre de la renégociation de la délégation de Service Public des liaisons maritimes. Une décision qui aboutit à une forte augmentation (jusqu'à 300 % !) du prix de la plupart des billets pour se rendre sur les îles de Groix, Belle-Île, Houat ou Hoëdic.

"Il serait question d'asphyxier les îles concernées que l'on ne s'y prendrait pas autrement."

Aujourd'hui, ce sont les habitants de Groix qui manifestent leur colère. Sur l'île, un collectif s'est créé qui dénonce : "Le coût de passage des marchandises va être multiplié par plus de deux, avec les conséquences que l'on imagine sur les prix des marchandises sur les îles. Le tarif touriste, un des apports cruciaux de l'économie, passe de 31 à 38 euros le week-end alors même que la fréquentation n'a cessé de baisser au fur et à mesure des précédentes hausses de prix du billet. Les résidences secondaires ne sont pas oubliées qui devront acheter 5 allers-retours pour bénéficier d'un tarif de 4€ plus cher par passage... Le tarif morbihannais n'existe déjà plus, aucune ristourne pour les enfants d'insulaires qui voudraient venir voir leurs familles sur l'île, plus de tarifs seniors... Et bien sûr, une des 5 rotations quotidiennes serait supprimée l'hiver. Il serait question d'asphyxier les îles concernées que l'on ne s'y prendrait pas autrement."

C’est comme si on mettait un péage exorbitant devant chez vous du jour au lendemain.

"On veut un moratoire"
Reçu ce lundi, à midi, par le directeur de cabinet de François Goulard pour discuter de cette future délégation de service public des liaisons maritimes, le maire et conseiller général de Groix, Dominique Yvon, est donc venu pour demander un moratoire. Il faut dit-il "tout remettre à plat, rediscuter calmement d'une délégation de service public acceptable pour tout le monde". Pour cela, il pouvait compter sur le soutien de plus de 600 de Groisillons mais aussi des habitants des îles de Houat, Hoëdic et Belle-île dont les élus seront eux reçu ce mercredi et jeudi. Malgré la pluie, le cortège s'était donné rendez-vous à la préfecture pour se rendre ensuite jusqu'à l'hôtel du département, lieu du rendez-vous.

France 3 Bretagne

Publié dans Groix, Pays de Vannes

Partager cet article

Repost 0

Veolia c'est tendance

Publié le par Fañch Ar Ruz

Veolia c'est tendance

Liaisons maritimes. Dix cars pour Vannes

« Mercredi soir, plus de 500 personnes étaient venues s'inscrire à la mairie pour faire le déplacement à Vannes. On a reçu également de nombreux coups de fil de résidants secondaires ou d'enfants d'insulaires qui nous rejoindront directement à Vannes », dit le maire, Dominique Yvon, qui « se bat pour l'avenir économique de l'île, menacé par le projet d'augmenter les tarifs des liaisons maritimes ». Il n'est pas seul à se mobiliser.

Banderoles et pétitions

Mercredi, une vingtaine de personnes représentant les associations d'usagers, les entreprises, les commerces, les résidents secondaires, les élus, étaient réunies à la mairie pour faire un point sur les revendications, étudier les documents chiffrés sur l'évolution de la fréquentation et tenter d'élaborer un argumentaire à opposer aux décisions unilatérales du conseil général. Ces points seront développés par Dominique Yvon, lors de son entrevue de lundi avec les décideurs du Département. Le maire a écrit aux 42 conseillers généraux, qui devront se prononcer sur la future DSP (Délégation de service public) le 17 novembre ; les élus de Lorient Agglo ont été sensibilisés lors de la réunion du conseil de mardi, et le ministre, Jean-Yves Le Drian, a également été contacté. Dans le même temps, les pétitions font florès dans les commerces, sur les réseaux sociaux (5.000 sur le site Avaaz citoyens) et les banderoles sont en cours de confection à Port-Lay. La fanfare répète une partition inspirée du Titanic et les textes de chansons circulent en prévision du défilé de lundi. Quasiment tous les magasins affichent le flyer très explicite : « Iles en danger ». Nombreux ont ajouté : « Commerce en vente pour cause de bateau trop cher. » Lundi prochain, l'ensemble des commerçants ont décidé de baisser leur rideau pour une opération « Île morte », « car c'est ce qui nous attend à l'avenir si les tarifs sont dissuasifs ».

Le Télégramme

Partager cet article

Repost 0

Sarkozy, le retour

Publié le par Fañch Ar Ruz

Sarkozy, le retour

Nicolas Sarkozy va repartir à la conquête de la Gaule. Et, comme Jules César, il n'a pas oublié que c'est là-bas, dans la lointaine Armorique, qu'une peuplade d'irréductibles lui a opposé la plus vive résistance lors de sa précédente campagne. > Sarkozy annonce dans le JDD vouloir "changer l'UMP"

Ainsi pourrait s'ouvrir le second chapitre de « Sarkozy et les Bretons », une saga de caps et d'épines dont le premier épisode fut marqué de quelques retentissants fiascos. S'il veut renouer avec les Bretons, l'ex-Président devra tirer les leçons de son échec passé puisque les cinq départements bretons, à eux seuls, ont pratiquement suffi à faire la différence entre lui et Hollande au soir du 12 mai 2012.

Question de style

D'abord le style. Incontestablement, il a contribué à établir une distance entre lui et les Bretons. Bien qu'aujourd'hui très galvaudée, l'expression bling-bling définit bien ce comportement auquel les Bretons sont rétifs, n'ayant pas pour habitude de goûter à l'étalage ostentatoire. À cette distance est venue s'ajouter une invraisemblable série de fiascos dont les étapes les plus connues furent le Cross Corsen, les quais du Guilvinec ou encore le Stade de France. L'ex-Président semble avoir retenu la leçon et fait savoir, autour de lui, qu'il a changé et compte prendre désormais quelques distances avec un style peu compatible avec la fonction présidentielle. Son successeur, il est vrai, l'a depuis surpassé en nous gratifiant, entre autres, de pathétiques épisodes de théâtre de boulevard.

Élus : retisser le lien

Seconde leçon : s'appuyer sur les élus régionaux au lieu de les prendre constamment à rebrousse-poil comme ce fut le cas pendant cinq ans. Avec le Morbihannais François Goulard, quelques embrouilles sont restées mémorables mais qu'on passe par l'Ille-et-Vilaine avec un Pierre Méhaignerie consterné par la droitisation du discours, par les Côtes-d'Armor avec Marc Le Fur (notamment une belle dispute sur le travail du dimanche) ou par le Finistère avec le turbulent député Jacques Le Guen, il n'y eut pratiquement aucune relation apaisée avec les élus bretons. Elles furent souvent électriques et l'arrivée en Bretagne de Bernadette Malgorn, sa proche collaboratrice, ne fit rien pour amortir quelques chocs, même si cette dernière a finalement bien réussi son atterrissage en terrain miné. S'il veut renouer avec les Bretons, Nicolas Sarkozy devra donc commencer par retendre les fils avec les principaux élus de la droite et ne jamais oublier qu'ils sont les indispensables relais avec la base.

Parler aux Bretons

Il lui faudra aussi se souvenir que la France n'est pas un territoire uniforme. Certaines régions ont des caractéristiques tellement marquées qu'il faut savoir s'en imprégner. Le fameux discours de Morlaix, à quelques jours du premier tour, fut l'exemple type de ce qu'il ne faut pas faire en Bretagne. Écrit par le très droitier Patrick Buisson, dont il s'est aujourd'hui séparé, ce discours confina à la caricature tant il fut à côté de la plaque. Il y fut longuement question d'immigration, Morlaix étant, comme on s'en doute, le secteur français le plus concerné, mais aussi de chapelles et de calvaires dans de curieuses références au passé. Mais on attendit en vain qu'il trace des perspectives d'avenir pour l'agriculture et l'agroalimentaire, la pêche et la mer ou encore les nouvelles technologies, ces secteurs d'activité si vitaux. Et, en guise de conclusion, pas le moindre petit message amical à l'adresse des Bretons, comme s'il n'était venu que pour s'adresser aux médias nationaux. Pas de bol : ils n'accordèrent quasiment aucun écho à ce discours hors-sol déjà souvent entendu. Alors s'il veut reconquérir la Bretagne, l'ex-Président doit baliser son parcours de ces trois repères : un style plus dépouillé, des relations apaisées avec les élus régionaux et, surtout, quand il vient en Bretagne, il doit s'adresser aux Bretons. Pas aux caméras de télé.

Le Télégramme

Publié dans Région Bretagne

Partager cet article

Repost 0

Macron

Publié le par Fañch Ar Ruz

Macron a pitié des illetrées bretonnes de GAD

Macron a pitié des illetrées bretonnes de GAD

Pour soigner la France "malade" du chômage de masse, le ministre de l'Economie veut agir. Pas par "de grandes réformes" mais une série "de petits déverrouillages". A l'appui de sa démonstration, ce mercredi matin sur Europe 1, Emmanuel Macron a pris l'exemple des employés licenciés des abattoirs Gad : "une majorité de femmes", "pour beaucoup illettrées" à qui on ne peut pas demander "d'aller travailler à 50 ou 60 km" faute de permis de conduire. Des déclarations qui ont provoqué de vives réactions. (...)

Le Télégramme

Publié dans Région Bretagne, Morbihan

Partager cet article

Repost 0

Le socialisme vu par... Gwendal Rouillard

Publié le par Fañch Ar Ruz

Gwendal Rouillard

Gwendal Rouillard

On vit peut-être enfin la mutation que j’espérais. C’est la plus belle semaine de la gauche française depuis que j’ai commencé à militer.

Le Monde

Publié dans Pays de Lorient, Morbihan, Groix

Partager cet article

Repost 0

Visite guidée de BAUD

Publié le par Fañch Ar Ruz

J'ai illustré une campagne de communication autour de l'histoire de la Ville de Baud. Plusieurs panneaux relatent l'histoire de Baud.

Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD
Visite guidée de BAUD

Publié dans Baud, Pays de Lorient

Partager cet article

Repost 0

Bonnets rouges en vacances.

Publié le par Fañch

Bonnets rouges et les salariés de GAD - Josselin

Bonnets rouges et les salariés de GAD - Josselin

Gad Josselin. Manifestation au Festival interceltique à 15h
9 août 2014 à 10h59 2

Dans un communiqué de presse, l'UD CFDT informe qu'une manifestation aura lieu cet après-midi à Lorient, sur le site du festival interceltique, à partir de 15 h.
"Lors d’un CCE extraordinaire mercredi, la direction de la SAS GAD Josselin a informé les représentants du personnel de son intention de solliciter du tribunal de commerce l’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire", écrit le syndicat dans son communiqué.
"Les représentants du personnel CFDT ont organisé, dés le jeudi, des réunions pour informer le personnel de la gravité de la situation. Lors de ces Assemblées générales, l’organisation d’une action a été votée. Afin d’alerter les pouvoirs publics, les politiques, les acteurs de la filière agroalimentaire ainsi que l’ensemble de la population, une manifestation aura lieu ce samedi 9 août, à Lorient sur le site du festival Interceltique, à partir de 15h".

Le Télégramme - 09/08/14

Publié dans Morbihan, Pays de Lorient

Partager cet article

Repost 0

Languidic. Un album en breton

Publié le par Le Telegramme

Quatre mois de travail, coachés par Fanch Ar Ruz, illustrateur, relayé par Gwénola, Aline, Florence, Sophie, Gaëlle, Tudgal, les enseignants aidés d’Odile et Magalie, et « une très belle aventure » pour tous les élèves de la filière bilingue.

Quatre mois de travail, coachés par Fanch Ar Ruz, illustrateur, relayé par Gwénola, Aline, Florence, Sophie, Gaëlle, Tudgal, les enseignants aidés d’Odile et Magalie, et « une très belle aventure » pour tous les élèves de la filière bilingue.

Depuis janvier, la réalisation d'un album en breton a été le fil rouge pour les élèves bilingues de l'école Notre-Dame-des-Fleurs, dans leurs diverses activités pédagogiques. L'impression réalisée par la société HLB a permis un livre de qualité, projet abouti, présenté mercredi dernier à la salle Jo-Huitel. En collaboration avec l'illustrateur Fanch Ar Ruz, chaque classe bilingue a créé et illustré sa propre aventure. « Les élèves ont été encouragés à aller plus loin dans la réalisation de leurs dessins, à s'exprimer avec plus de précision, à travailler sur l'écriture », a expliqué Yannick Julé, le directeur, précisant : « le projet s'inscrit dans une volonté de faire vivre la langue bretonne à l'école et à l'extérieur », à raison d'une séance par mois avec Fanch, de janvier à avril, et d'un relais par les enseignantes. Les élèves ont appréhendé la réalisation d'un ouvrage de A à Z, avec la notion de « créer une histoire collectivement afin que chacun puisse dire "c'est mon histoire" », a expliqué Fanch, soucieux de « transmettre aux enfants l'idée qu'ils pouvaient créer eux-mêmes une histoire ». Personnages, lieux, synopsis, croquis pour situer les personnages, décors et textes, page par page, montage (réalisé par Fanch), au total cinq histoires de huit pages ont été assemblées pour constituer un livre de 44 pages avec résumé en français en dernière page.

Le Telegramme - 10/07/2014

Partager cet article

Repost 0

Un albom evit ar re vihan

Publié le

Florence Drenou, institutrice et Fanch Ar Ruz, dessinateur : une collaboration fructueuse ayant permis la réalisation de Skol Kael.

Florence Drenou, institutrice et Fanch Ar Ruz, dessinateur : une collaboration fructueuse ayant permis la réalisation de Skol Kael.

L'assocation d'une institutrice bilingue, Florence Drenou, et d'un dessinateur, Fañch Ar Ruz, a donné naissance à un ouvrage en breton pour les enfants des écoles : Un albom evit ar re vihan (Un album pour les petits).

Enseignante bilingue breton-français depuis une dizaine d'années, après avoir exercé un temps, la profession d'ingénieur informatique, Florence Drenou s'est très tôt inté­ressée à la culture bre­tonne. En réalité dès le lycée, elle se décide à choi­sir l'option breton. Des cours du soir lui permet­tent également, un peu plus tard, de se perfection­ner et d'enrichir sa prati­que de la langue bretonne. Elle se décide alors à exer­cer la profession d'institu­trice bilingue, au sein de l'enseignement public et débute sa carrière dans le Finistère.

Support pédagogique

Trois filières de forma­tion existent dans notre région pour l'apprentis­sage de la langue bretonne. Les filières, publique avec Div Yezh, privée avec Dihun et enfin associative avec Diwan. Pédagogue intervenant en maternelle, Florence Drenou se rend compte qu'il n'existe pas d'ouvrages destinés aux plus petits... « Des traduc­tions de livres ont certes été réalisées mais ne sont le plus souvent que le reflet d'ouvrages assez conventionnels. Dans le bilinguisme (français-breton), nous ne disposions pas vraiment, jusque-là, d'ouvrages réellement conçus comme supports pédagogiques. C'est ce qui m'a donné l'idée de travailler dans ce sens », souligne la jeune femme.
La découverte d'un appel à projets (nouveaux livres en breton pour les enfants/Levrioù nevez e brezhoneg evit ar vugale) lancée par une association de la région rennaise - l'as­sociation de parents d'élè­ves Div Yezh Bro Roazhon - incite Florence Drenou à se mettre à l'ouvrage pour déposer un dossier.

Avec Fanch ar Ruz

Florence Drenou conte alors l'histoire d'un petit garçon, Kael, intégrant l'école mater­nelle. Les dialogues et com­mentaires et des cro­quis du petit per­sonnage sont envoyés au jury composé d'ensei­gnants, de parents d'élèves et d'enfants. Fin mai, l'auteur reçoit confirma­tion que ses textes et dessins seront édités pour Noël (l'association s'engageant à acquérir 200 ouvrages pour les écoles du secteur de Rennes). « J'ai rédigé les textes. Ai commencé à dessiner le personnage, mais là, il faut le recon­naître, ce n'était pas ça ! J'ai alors pensé à Fanch Ar Ruz (dessinateur bien connu dans la région, ayant à son actif plusieurs ouvrages). Fanch a tout de suite été partie prenante dans le.projet. »
« L'idée m'a enthou­siasmé », appuie Fanch, l'œil vif, le crayon prêt à croquer... Fanch est effecti­vement un personnage incontournable dans le monde du dessin humoris­tique, de la bande dessinée, toujours volontaire pour apporter son coup de patte de professionnel, notam­ment lorsqu'il s'agit de pro­jet à caractère pédagogique.

Une pro de la petite enfance

« Travailler avec une pro de la petite enfance, mettre en musique paro­les et illustrations pour concevoir du concret : un ouvrage - une première dans le monde du bilin­guisme - destiné aux plus petits d'entre nous, c'était un challenge à ne pas rater ! » Et visiblement, c'est plutôt réussi ! « Il n'était pas question de réaliser une bande dessinée, ni même un livre trop complet... Il s'agis­sait de mettre en lumière quelques images simples et réalistes et leurs légendes, mais tout en ouvrant la voie, afin que les enfants puissent eux- mêmes y aller de leurs remarques, commentaires... Je crois qu'à ce titre, nous avons réussi cet ouvrage. »
Destiné pour le moment aux jeunes enfants de la filière bilingue breton-français, la trame de l'ouvrage Skol Kael pourrait très bien être utilisée dans d'autres langues, qu'elles soient régionales ou nationales. Skol Kael se définit en effet comme un livre réalisé pour les petits, que pour les petits... »

> Et pourquoi pas en anglais ?
Skol Kael pourrait être traduit dans d'autres langues... Pourquoi pas en Anglais, en Gallo. « C'est une idée à creuser. Personnellement, j'y suis plutôt favo­rable, » indique Jean-Marie Goater, éditeur. L'ouvrage Sko Kael a été réalisé par les éditions Goa­ter, 12, rue Gaston Tardif, à Rennes. On peut l'acqué­rir auprès de cette maison d'édition, mais aussi près de la Coop Breizh, la Maison de la presse de Baud... Il est aussi en téléchargement libre et gratuit sur internet, licence Commons.

Contact : www.editions-goaster.org

Gazette du Centre Morbihan 28/12/2013

Publié dans Auteur, Bilinguisme

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>